Lutte contre l’isolement social des aînés - Un projet de gériatrie sociale s’implante dans la région du Bas-Saint-Laurent

11 décembre 2019

Le député de Rivière-du-Loup – Témiscouata, Denis Tardif, annonce aujourd’hui, au nom de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, qu’un projet visant à rejoindre les aînés les plus vulnérables et isolés est mis sur pied dans la région du Bas-Saint-Laurent, afin d’améliorer leur mieux-être et leur qualité de vie.

Ce projet pilote, qui reçoit le soutien de la Fondation AGES, consiste à implanter une équipe d’intervenants en gériatrie sociale, rattachés à l’organisme Logis-Aide des Basques, une entreprise d’économie sociale qui fournit de l’aide à domicile. Ce projet s’implante également en étroite collaboration avec le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent. Ce projet vise principalement :

  • à repérer et à dépister les personnes en situation d’isolement et de vulnérabilité;
  • à améliorer la qualité de vie et le mieux-être des aînés en agissant de manière préventive;
  • à assurer une continuité adéquate entre les services communautaires et les services de soutien à domicile.

Le gouvernement actuel mise sur des projets de gériatrie sociale afin de briser l’isolement social des aînés, et particulièrement ceux qui sont en situation de vulnérabilité. Il s’agit d’une approche centrée sur le terrain, permettant de rejoindre les aînés chez eux et d’intervenir directement sur place.

« Je suis très fière que notre gouvernement soutienne les initiatives issues de la Fondation AGES en matière de gériatrie sociale. Son approche novatrice permet de lutter de manière efficace et préventive contre l’isolement social des aînés vulnérables, et de favoriser leur vieillissement actif. Je remercie ses équipes pour leur engagement remarquable dans la région du Bas-Saint-Laurent, et les assure de notre appui dans leurs démarches à venir. »

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

« Ce projet est une excellente nouvelle pour la région du Bas-Saint-Laurent. Il suscite l’engouement et l’appui de nombreux acteurs locaux, tous mobilisés pour le bien-être des aînés. Notre gouvernement s’est engagé à en faire davantage pour appuyer cette cause, et il le démontre de manière tangible, en soutenant différentes mesures qui visent à améliorer la qualité de vie des aînés dans leur milieu de vie, au sein de leur communauté. »

Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de la Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine

« Cette initiative s’avère un bel exemple du soin avec lequel notre gouvernement investit dans le mieux-être de nos communautés. Son appui au projet de la Fondation AGES démontre qu’il a à cœur d’innover pour favoriser la qualité de vie des gens de toutes les régions, et tout particulièrement des aînés, dont l’apport à la vie sociale est non seulement souhaitable, mais essentiel au mieux-être collectif. »

Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup – Témiscouata

Faits saillants

  • En vertu de l’approche préconisée par la Fondation AGES, les acteurs suivants doivent être impliqués :
    • la sentinelle, qui a pour mission de repérer les aînés vulnérables et isolés et de les orienter vers son collègue, le navigateur;
    • le navigateur, qui accueille les aînés et les accompagne à travers toutes les étapes de leur trajectoire de service de gériatrie sociale. Cet intervenant est employé par l’organisme-hôte, soit Logis-Aide des Basques dans ce cas-ci;
    • l’infirmière, qui répond aux besoins des aînés en matière de santé sur une base quotidienne et les oriente vers un médecin au besoin. Celle-ci fait partie de l’équipe du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent;
    • le médecin, qui évalue et traite les patients qui ont une problématique complexe. Il travaille généralement en groupe de médecine de famille et collabore avec l’équipe de gériatrie sociale, notamment en partageant son expertise. 
  • Rappelons que la Fondation AGES s’est vu remettre un financement de plus de 1,3 M$ par le ministère de la Santé et des Services sociaux en juin dernier pour soutenir certains projets de gériatrie sociale, dont celui qui fait l’objet de cette annonce.